Bienvenue

sur le site de Sandrine Colin

Accueil > K2 > Méthodes > L’explication de texte

L’explication de texte

lundi 22 septembre 2014, par Sandrine

Voici un rappel de méthode sur l’explication de texte pour la préparation des colles.

Préparation : 1 heure
Commencez par élucider les termes difficiles et les références culturelles explicites : vous disposez d’un dictionnaire et d’un dictionnaire de mythologie dans la salle de préparation.

Votre objectif doit être de dégager les éléments d’un passage spécifique, avec des caractéristiques propres et une fonction particulière et non pas d’essayer de réciter le cours sur l’auteur ou une problématique toute faite. L’explication ne consiste pas à retrouver dans l’extrait proposé les thèmes et les enjeux repérés dans l’ensemble de l’œuvre !

Avant de se lancer dans l’étude linéaire, il faut se demander ce qui fait la spécificité, l’intérêt du texte, son originalité par rapport à l’œuvre dont il est extrait, en d’autres termes : pourquoi le jury l’a-t-il choisi et découpé ainsi ? C’est ce qui permettra d’élaborer un projet de lecture que l’on devra défendre en l’illustrant par une analyse précise des procédés servant la démonstration.

Attention à la gestion matérielle de l’épreuve : évitez de rédiger intégralement et donc d’utiliser trop de feuilles de brouillon. Annotez l’exemplaire photocopié qu’on vous remet : marquez les subdivisions afin d’embrasser d’un seul regard le texte et vos notes. Seules l’introduction et la conclusion doivent être composées au brouillon, mais pas nécessairement intégralement rédigées.

Attention aussi à équilibrer le temps consacré à chaque partie du texte !

Déroulement : 20 mn.
Cette limite est impérative : le jury vous priera de conclure si vous la dépassez, afin de maintenir les 10 mn d’entretien.

Introduction :
Mise en contexte : la situation de l’extrait doit être précise et concise. Nul besoin de présenter l’œuvre sur laquelle porte l’explication, mais localiser l’extrait dans le contexte immédiat. Soyez attentifs aux lignes qui précédent ou suivent directement l’extrait.

Lecture : elle doit être intégrale (sauf si le jury demande de l’interrompre). Elle doit être correcte (attention au respect de la versification en particulier !) et expressive (sans aller jusqu’à la déclamation !) : il faut se faire entendre du jury mais aussi mettre en relief certains effets de sens qui préparent l’explication de texte.
Mouvement du texte : donner un aperçu de la progression interne du texte. On présente rapidement les diverses parties en spécifiant leurs bornes précises.
Projet de lecture : la problématique ne doit pas être une piste valable pour l’ensemble de l’œuvre, voire des œuvres (l’autobiographie…) mais une ligne directrice et une seule qui montrera l’identité et la spécificité profondes du texte. Elle est une interrogation sur la création littéraire : il s’agit de reconnaître une solution originale apportée par l’auteur. Elle doit s’inscrire dans une dynamique et ne pas dévoiler tous ses effets par anticipation, condamnant la conclusion à n’être qu’une récapitulation : elle conduit au contraire à une série d’hypothèses de recherche qui rendent nécessaire l’investigation de détail.

Développement :
L’explication doit être linéaire. Elle repose sur l’étude des procédés de style. Elle peut utiliser, dans des proportions raisonnables, des références critiques voire des éléments biographiques et/ou à la connaissance générale de l’œuvre, de l’auteur et de son contexte.

En 20 mn, l’explication ne saurait être exhaustive : elle doit donc se référer régulièrement et explicitement au projet de lecture annoncé qui détermine sa trame, les choix et les aspects consciemment laissés de côté.

Conclusion :
Elle ne doit pas être une simple reprise du projet de lecture mais doit énoncer sous forme synthétique les résultats de l’ « enquête » qu’a permis la problématique initiale. On peut condenser l’explication en deux ou trois axes qui dressent un bilan transversal du texte.

Rapport du concours 2013